Le 25 mai, le Président Xi Jinping s’est entretenu en visioconférence avec la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet à Beijing. 

Le 25 mai, le Président Xi Jinping s’est entretenu en visioconférence avec la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet à Beijing.

Le Président Xi Jinping a souhaité la bienvenue à la Haute-Commissaire Michelle Bachelet en visite en Chine. Il a présenté de manière approfondie les questions majeures touchant au développement des droits de l’homme en Chine en les inscrivant dans l’histoire et la culture chinoises et réaffirmé la position de principe du Parti communiste chinois (PCC) et du gouvernement chinois de travailler à préserver et à protéger les droits de l’homme sur tous les plans. Il a souligné que dès le jour de sa fondation, le PCC avait pris pour mission essentielle d’œuvrer au bonheur du peuple et au renouveau de la nation chinoise et n’avait cessé de se battre pour les intérêts du peuple au cours des plus de 100 ans écoulés. L’aspiration du peuple à une vie meilleure est l’objectif que poursuit le Parti, a-t-il affirmé. Il a indiqué que grâce aux efforts de longue haleine, la Chine s’était frayé avec succès une voie de développement des droits de l’homme adaptée à la tendance de notre époque et aux conditions nationales. Rappelant l’engagement constant de la Chine pour développer la démocratie du peuple dans tout le processus, promouvoir la protection juridique des droits de l’homme et préserver l’équité etla justice sociales, il a affirmé que le peuple chinois jouissait aujourd’hui des droits démocratiques plus vastes, plus amples et plus complets et que les droits de l’homme du peuple chinois étaient mieux protégés que jamais.

Le Président Xi Jinping a indiqué que sur la protection des droits de l’homme, personne n’était parfait et il était toujours possible de faire mieux. Il a exprimé la volonté de la Chine de développer activement des dialogues et coopérations sur les droits de l’homme avec toutes les parties sur la base de l’égalité et du respect mutuel pour élargir le consensus, réduire les divergences, s’inspirer mutuellement et progresser ensemble en vue de promouvoir la cause internationale des droits de l’homme au bénéfice de tous les peuples du monde. Selon lui, le plus important est de travailler sur les quatre priorités suivantes :

Premièrement, placer le peuple au cœur des préoccupations. Il est important de prendre les intérêts du peuple comme point de départ et objectif fondamental, de travailler assidûment à résoudre les problèmes les plus directs et les plus immédiats qui préoccupent le plus le peuple et de lui assurer une vie heureuse. Tel est le plus grand droit de l’homme. Pour connaître la situation des droits de l’homme dans un pays, il est essentiel de voir si les intérêts de son peuple sont préservés et si son sentiment de satisfaction, de bonheur et de sécurité est renforcé. Tel est le critère le plus important pour évaluer les conditions des droits de l’homme d’un pays. Le peuple doit être le véritable maître du pays et le principal acteur, contributeur et bénéficiaire du développement des droits de l’homme.

Deuxièmement, respecter les voies de développement des droits de l’homme de tous les pays. Les droits de l’homme reposent sur des conditions historiques, concrètes et réelles. Les différences en termes de réalités nationales, d’histoire, de culture, de système social et de niveau de développement économique et social entre les pays font que chaque pays doit et ne peut que tenir compte de ses conditions nationales et des besoins du peuple dans la recherche d’une voie de développement adaptée en matière de droits de l’homme. Tout système ou modèle copié aveuglément des autres sans tenir compte de ses propres conditions nationales non seulement est en décalage avec la réalité du terrain, mais aussi entraînera des conséquences catastrophiques, et c’est toujours le peuple qui en paiera le prix. Les exemples sont nombreux, et il faut en tirer des leçons.

Troisièmement, adopter une approche globale pour faire progresser les différentes catégories de droits de l’homme. Les droits de l’homme, concept complet et riche, doivent être mis en œuvre avec une approche intégrée et systémique. Pour les pays en développement, les droits à l’existence et au développement sont les droits de l’homme primordiaux. Il est essentiel de travailler à un développement de meilleure qualité, plus effectif, plus équitable, plus durable et plus sûr, de sorte à apporter une garantie solide au progrès de la cause des droits de l’homme.

Quatrièmement, renforcer la gouvernance mondiale des droits de l’homme. Promouvoir et protéger les droits de l’homme sont une cause commune de toute l’humanité qui nécessite des efforts de tous. Sur la question des droits de l’homme, il n’existe pas d’utopie parfaite, et les pays n’ont pas besoin de donneurs de leçons. Il faut surtout se garder de politiser et d’instrumentaliser cette question, de pratiquer le deux poids deux mesures et de se mêler des affaires intérieures d’autrui sous prétexte des droits de l’homme. Il faut respecter scrupuleusement les buts et principes de la Charte des Nations Unies, promouvoir les valeurs communes de l’humanité et faire progresser la gouvernance mondiale des droits de l’homme dans un sens plus équitable, plus juste, plus raisonnable et plus inclusif. La Chine continuera de soutenir les Nations Unies dans leurs efforts actifs visant à promouvoir la cause internationale des droits de l’homme.

La Haute-Commissaire Michelle Bachelet a exprimé ses remerciements à la partie chinoise pour l’avoir accueillie en visite en Chine malgré le défi de la COVID-19, rappelant qu’il s’agit de la première visite en Chine du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme depuis 17 ans. Soulignant la haute importance et le grand prix qu’elle attache à cette visite, elle s’est dite prête à avoir des contacts vastes et des échanges directs avec le gouvernement chinois et les personnalités de différents milieux et convaincue que cette visite lui permettrait de mieux connaître la Chine. Elle a fait part de son admiration pour les efforts déployés par la Chine et les accomplissements qu’elle avait réalisés dans l’éradication de la pauvreté, la protection des droits de l’homme et le développement économique et social, et salué le rôle important joué par la Chine dans la préservation du multilatéralisme, la réponse aux défis planétaires comme le changement climatique, et la promotion du développement durable dans le monde. Elle a exprimé la disponibilité du Haut-Commissariat à renforcer la communication et à explorer la coopération avec la partie chinoise pour œuvrer ensemble au progrès de la cause des droits de l’homme dans le monde.

Ding Xuexiang, Yang Jiechi et Wang Yi (depuis Guangzhou) ont assisté à l’entretien.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2022 LISapp.dev series africaines tv - WordPress Theme by WPEnjoy